S’informer et apprendre en ligne

OWL, LMS, iLES.

Accueil > Ressources > An 2000. Ya-t-il danger ?

An 2000. Ya-t-il danger ?

mardi 11 novembre 1997

Dans la plupart des civilisations parvenues au stade de l’écriture, les nombres entiers ont, dès l’origine, été liés à des pratiques religieuses ou magiques, et leurs propriétés ont exercé une sorte de fascination sur les esprits, qui est loin d’être disparue de nos jours, où la « numérologie » conserve des adeptes. Celui qui cherche à s’approcher des lois de la nature en prenant le monde comme un système signifiant, comme un message ou un discours où chaque chose serait un élément d’un message général, est aujourd’hui qualifié de superstitieux. Dans Psychopathologie de la vie quotidienne, Freud s’est penché sur la croyance aux présages et aux signes, en assimilant ce type de superstition aux actes manqués. « C’est l’ignorance consciente, explique-t-il, et la connaissance inconsciente de la motivation des hasards psychiques qui forment une des racines psychiques de la superstition. C’est parce que le superstitieux ne sait rien de la motivation de ses propres actions accidentelles et parce que cette motivation cherche à s’imposer à sa reconnaissance qu’il est obligé de la déplacer en la situant dans un monde extérieur. » Mais la superstition renferme parfois un élément de vérité : le superstitieux qui renonce à un projet parce qu’en sortant de chez lui pour aller le réaliser il trébuche sur le seuil se montre meilleur psychologue que l’incrédule, car ce « présage », qui est un acte manqué, témoigne de son désir inconscient que ce projet n’aboutisse pas.

Lettre précédente
Lettre suivante


Voir en ligne : Lettre au format pdf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.